BanZaouiaSidiElDjoudi.jpg

Ban_Douar_Ledjouada.jpg

Bibliographie

Sidi El Djoudi, sa vie, son œuvre

Hormis des traditions orales, nous ne possédons que très peu de source écrite et fiable sur l'origine de Sidi El Djoudi. Comme tous les mrabtines (ou Chorfa) d'Algérie, on évoque une origine de Saguia Hamra, de Fès ou même Tafilalet au Maroc.   De sa généalogie, on évoque une descendance du prophète Mohamed QLSSL par sa fille Fatima et son gendre Ali ben Abi Taleb (36e de génération) (El Moudjahid 2012). Il est donc Hosseindide pour certains, Idrisside donc Hassanide pour d'autres.

Vraisemblablement, au 17ème  (le 11ème siècle de l'Hégire), le Marabout Sidi El Djoudi Belhadj (écrit aussi Ben Elhadj) vint de Seguia El Hamra, en traversant le sud algérien pour s'installer dans les montagnes de l'actuel Hammam Guergour. Il cherchait refuge derrière les montagnes où il se sentait plus en sécurité. Il décide de se consacrer à la méditation et enseigner le Coran, dans la région du Guergour où ses disciples furent nombreux, aidé par son assistant Hamad (des erreurs de transcription l'ont fait appeler Hanifou). Sidi El Djoudi avait élu domicile au lieu dit la Médina, un choix judicieux, dicté par la nécessite de s'isoler car la Médina se trouve sur une partie haute du village, où il érigea l'une des plus importantes écoles coraniques de la région (Cheurfi 2011).

Sidi El Djoudi donne une nouvelle vie au village en créant une zaouia (école coranique). Sa sagesse est reconnue dans toute la région même et le Bey de Constantine lui octroi une concession de plusieurs centaines d'hectares de terre dans le douar (village) de Aïn Turk de la Commune des Maâdid, afin d'entretenir la zaouia dont la renommée dépassait les limites de la région. Il n'y a pas longtemps que les descendants de cette noble famille (Djoudi) aliénaient encore leurs parts de biens.

Il conviendrait de signaler aussi, un dernier vestige de la puissance de ce Cheikh, qui construisit un petit barrage de pierres rouges, à fin de faire fonctionner un petit moulin de type Kabyle, rudimentaire mais résistant, puisqu'il existe encore, alors que d'autres ont été emportés par les crues du Bou-Sellam. Sidi El Djoudi devient le saint du village.

En l'an 1765, le Cheikh El Hocine El Ouartilani écrit dans son livre El Rihla (récit de son voyage pour le pèlerinage à la Mecque), que Sidi El Djoudi était un homme pieux et un exégète du Coran. Un homme qui a consacré toute sa vie à la religion et aux actes de bienfaisances envers ses concitoyens qui lui vouaient un profond respect. Il nous confirme aussi que Sidi El Djoudi a vécu pendant le 11eme siècle de l'Hégire mais il ne sait pas trop,  s'il a vécu un peu au 10eme siècle de l'Hégire (Ouartilani, 1765). Son texte a été repris intégralement (avec omission du début pour des difficultés de lecture) par El Hanfaoui dans son livre en Arabe qui défini aux successeurs comment étaient leurs prédécesseurs (Hanfaoui 1906).

Sidi El Djoudi serait né aux alentours de 1610. Il meurt à Hammam Guergour, vraisemblablement vers 1680 et enterré dans le cimetière qui porte son nom. De même les bains traditionnels à Hammam Guergour porte depuis fort longtemps son nom. Une mosquée et une nouvelle zaouïa, construite sur les décombres de sa zaouïa, portent aussi le nom de Sidi El Djoudi Belhadj. 

Mahieddine DJOUDI (2017) Site de Sidi El Djoudi Belhadj. djoudi@online.fr


Date de création : 28/03/2012 17:01
Dernière modification : 02/05/2012 16:52
Catégorie : Sidi El Djoudi - Sidi El Djoudi
Page lue 4742 fois


Réactions à cet article

Réaction n°3 

par sam_djenidi le 28/02/2018 00:19

L’arbre généalogique de Sidi el djoudi ben El Hadj n2

sidi el djoudi ben el hadj ben rached ben moussa ben ali ben mohamed ben moussa ben yahia ben abdellah ben ali ben moussa ben Othmane ben e_ziz ben mouadad ben mohamed ben amar ben salem ben moussa ben nalile ben hamza ben brahim ben abd al alem ben allele ben yahia el mortada ben ali Reetha ben Moussâ Al-Kâzim ben Dja'far as-Sâdiq, ben Muhammad al-Bâqir,ben ali Zine El Abidine ben Al Houcine ben Ali ben Abi Taleb et Fatima Zahra fille du prophète Mohamed (QLSSL) Kitab_Rihlat al-Ahfad fi iktichaf Ta‘ri al Ajdade sam djenidi ._Tous droits réservés


Réaction n°2 

par sam_djenidi le 21/02/2018 12:30

L’arbre généalogique de Sidi el djoudi ben El Hadj

sidi el djoudi ben M'Hamed El Hadj ben Sidi el djoudi (Oulmi) ben Ahmed chérif ben Naser ben Bouzid ben Ali ben hadjres ben Chouaib ben Meziane ben Abdelkader ben Moussa ben Ahmed ben Naser ben Abdelkrim ben el djoudi ben Ali ben Yahia Rached ben Brahim ben amar ben said ben Mohamed ben said ben (؟) ben Abdesslam, ben Mchich, ben Abi Bakr, ben Ali, ben Horma, ben Aissa, ben Slam, ben Mezouar, ben Haidra, ben Mohamed, ben Idriss el-Azhar, ben Idriss el-Akbar, ben Abdellah el-Kamel, ben Hassan el-mouthana, ben Hassan Sibt, ben Ali ben Abi Taleb et Fatima Zahra fille du prophète Mohamed (QLSSL) Kitab_Rihlat al-Ahfad fi iktichaf Ta‘ri al Ajdade sam djenidi ._Tous droits réservés


Réaction n°1 

par sam_djenidi le 28/11/2017 22:08

Arrête de raconter n'importe quoi monsieur mahieddine djoudi et falsifier l'histoire des Ouled sidi el djoudi

Sidi knenfo el grèbe été un vieux Bohli personne ne sais d'où il vient

Il n'avait ni femme, ni enfants mon Grand Père sidi el djoudi le garde prés de lui pour entretenir son école coranique jusqu'à sa mort environ 1670

   و الفؤاد كل اولئك كان عنه مسئولاقال تعالى: إن السمع والبصر


Groupe Facebook

SidiEldjoudi_Facebook.png

Vidéos
Le Saint Coran

Google Traduction
Visites

 276348 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
DmPzAK
Recopier le code :


  Nombre de membres 216 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
DmPzAK
Recopier le code :
37 Abonnés